Police d’assurance vie à Nîmes

Qu’est-ce qu’une assurance décès ?

Bannière 728x90

Avec une assurance décès, vous instituez au fur et à mesure votre économie et jouissez d’avantages fiscaux et d’un rendement attractif. Que vous souhaitiez sponsoriser un projet ou simplement mettre de côté de l’argent, une assurance vie vous offre une union intéressante d’un PEL et d’un plan de pension de vieillesse.

Avantages d’un contrat d’assurance vie

Pourquoi choisir une assurance vie?

  • Garantie de planification grâce à des rémunérations d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Efficacité attractive
  • Soutien de vos proches en cas de mort
  • Libre sélection du ou des légataires
  • Diminution fiscale des commissions
  • Financement d’actifs sous la forme d’une police d’assurance vie

    Lorsque vous souscrivez une assurance décès, vous déterminez la période, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos ressources et à vos objectifs jusqu’à la fin du bail.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital garanti ou épargné contractuellement plus les gains. Si vous disparaissez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance professionnelle

    Vous avez une descendance que vous voulez sauvegarder en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous former un capital pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une assurance vie pour les deux.
    Avec un contrat d’assurance vie, vous vous protégez, vous et votre famille. En retour, vous avez le choix entre une police d’assurance vie provisoire et un contrat d’assurance décès combiné. Optez celui qui vous convient le mieux en fonction de vos besoins privés.

    Une police d’assurance vie provisoire : épauler la famille

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos proches de manière optimum : S’il vous arrivait subitement quelque chose, les membres de la famille à votre charge survivantes seraient en sécurité financière. Vous pouvez fixer un par un le capital assuré, la durée et les bénéficiaires – selon vos désirs. Dès réception de la 1ère prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance complète.
    Une police d’assurance vie provisoire est également importante si vous avez financé une propriété. En cas de mort, la prestation d’assurance peut être utilisée pour continuer à rembourser la maison ou l’appartement afin que les biens restent dans votre famille.

    Ménage avec une assurance invalidité

    Une assurance décès provisoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Parfois, vous pouvez également transformer une police d’assurance vie provisoire en une assurance décès combiné. L’avantage : votre santé n’est plus contrôlée.

    Un contrat d’assurance décès combiné : pour vos enfants et votre retraite

    Vous faites une double provision ici : En cas de disparition, vos enfants sont protégés par le capital assuré dès la 1ère prime. En plus, vous vous constituez un investissement à long terme.

    Gains d’une assurance vie mixte

    Dans le cas de d’un contrat d’assurance décès hybride, la contribution à l’excédent peut générer des revenus supplémentaires pour vous. En plus du revenu d’intérêt garanti. Un contrat d’assurance décès en unités de compte n’a pas d’intérêt garanti, mais vous pouvez jouir d’opportunités sur le marché de la bourse.
    En cas de sénescence, vous avez le choix du type de versement de la retraite complémentaire.
    N’hésitez pas à nous appeler !

    Cette affaire est un défi à la politique d'un district scolaire de Pennsylvanie qui permet à certains étudiants transgenres d'utiliser des salles de bains qui correspondent à leur identité de genre. Les plaignants sont des étudiants qui déclarent que la politique viole leur droit à la vie privée et constitue un harcèlement sexuel en violation du Titre IX, une loi fédérale qui interdit la discrimination fondée sur le sexe dans les établissements d'enseignement qui reçoivent des fonds fédéraux.

    La décision de mardi a été rendue sans commentaire.

    Dans des documents judiciaires, les avocats des plaignants affirment que "forcer un adolescent à partager un vestiaire ou des toilettes avec un membre du sexe opposé peut causer de l'embarras et de la détresse".

    "La politique du district était un changement radical par rapport à la manière dont les vestiaires et les toilettes ont été réglementés pendant toute l'histoire des systèmes d'écoles publiques", ont-ils déclaré.

    Les avocats du district scolaire ont déclaré avoir décidé d'autoriser les élèves transgenres à utiliser des installations conformes à leur identité de genre, car le district "estime que les élèves transgenres devraient avoir le droit d'utiliser les toilettes et les casiers de l'école de la même manière que les non-détenus." étudiants transgenres ".

    Ils disent que l'autorisation n'est pas automatique, mais que lorsqu'un étudiant transgenre demande à utiliser des installations conformes à son identité de genre, il a "plusieurs conversations" avec un conseiller d'orientation.

    Dans leur mémoire, ils incluent une photo de Aidan DeStefano, un homme transgenre qui a obtenu son diplôme l'année dernière et qui est diplômé de cette école, pour montrer pourquoi il n'appartient pas à une salle de bain qui correspond au sexe auquel il a été attribué. naissance.

    Un tribunal inférieur a refusé de délivrer une injonction préliminaire bloquant la police.

    Sous l'administration Obama, les ministères de l'Éducation et de la Justice ont publié des directives à l'intention des districts scolaires, recommandant aux écoles d'autoriser les élèves transgenres à utiliser des salles de bains et des vestiaires correspondant à leur identité de genre.

    Mais l'administration Trump a retiré ses directives.

    À ce moment-là, un cas en instance concernant un étudiant de Virginie, Gavin Grimm, a été classé sans suite.

    C'est le cas inverse, apporté non par un étudiant transgenre, mais par des étudiants opposés au partage de la salle de bain avec des transgenres.