Police d’assurance vie à Nantes

Qu’est-ce qu’une contrat d’assurance vie ?

Bannière 728x90

Avec une contrat d’assurance décès, vous formez graduellement votre économie et bénéficiez d’avantages fiscaux et d’un gain attrayant. Que vous désiriez sponsoriser un projet ou simplement épargner de l’argent, une police d’assurance vie vous offre une combinaison intéressante d’un PEA et d’un plan de retraite.

Avantages d’un contrat d’assurance décès

Pourquoi choisir un contrat d’assurance vie?

  • Sécurité de planification grâce à des primes d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Efficacité attractive
  • Protection de vos proches en cas de disparition
  • Libre sélection du ou des ayant droits
  • Déductibilité fiscale des primes
  • Financement d’actifs sous la forme d’un contrat d’assurance décès

    Lorsque vous signez une assurance décès, vous déterminez la période, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos ressources et à vos objectifs jusqu’à la fin du bail.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital garanti ou épargné contractuellement plus les intérêts. Si vous disparaissez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance professionnelle

    Vous avez une famille que vous voulez sauvegarder en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous créer un patrimoine pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une assurance vie pour les deux.
    Avec un contrat d’assurance vie, vous vous couvrez, vous et votre famille. En retour, vous avez l’option entre une assurance décès provisoire et un contrat d’assurance vie hybride. Désignez celui qui vous convient le mieux selon de vos besoins privés.

    Une assurance décès temporaire : protéger la famille

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos enfants de manière parfaite : S’il vous arrivait soudainement quelque chose, les personnes à votre charge vivantes seraient en sécurité financière. Vous pouvez choisir individuellement le capital assuré, le délai et les bénéficiaires – selon vos souhaits. Dès réception de la 1ère prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance totale.
    Une police d’assurance vie provisoire est également prépondérant si vous avez financé une propriété. En cas de disparition, la prestation d’assurance peut être utilisée pour continuer à payer la maison ou l’appartement afin que les biens restent dans votre famille.

    Ménage avec une assurance professionnelle

    Un contrat d’assurance vie provisoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Souvent, vous pouvez également modifier un contrat d’assurance décès temporaire en une assurance décès mixte. L’avantage : votre santé n’est plus contrôlée.

    Un contrat d’assurance vie hybride : pour votre famille et votre pension

    Vous faites une double provision ici : En cas de mort, votre famille sont protégés par le capital assuré dès la première prime. En plus, vous vous constituez un placement à long terme.

    Revenus d’une assurance vie combiné

    Dans le cas de d’une police d’assurance vie hybride, la participation à l’excédent peut entrainer des revenus en plus pour vous. En plus du revenu d’intérêt garanti. Un contrat d’assurance décès en unités de compte n’a pas d’intérêt garanti, mais vous pouvez profiter d’opportunités sur le marché financier.
    En cas de vieillissement, vous avez le choix du mode de versement de la retraite complémentaire.
    N’hésitez pas à nous joindre !

    Un accord commercial avec les États-Unis a été présenté comme un avantage potentiel du fait que la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne. Trump et le Premier ministre Theresa May ont tous deux souligné la promesse d'un accord lors d'une conférence de presse conjointe mardi.
    Mais la Grande-Bretagne ne peut pas ouvrir de négociations avec des partenaires potentiels avant de quitter l'Union européenne, et les plans du pays concernant le Brexit sont en lambeaux. Mai est sur le point de se retirer et ce qui se passe ensuite reste à deviner.
    Une fois que des discussions officielles sur un accord commercial américano-britannique pourront commencer, elles dureront probablement des années et pourraient être condamnées par un ensemble épineux de questions politiques.

    "Dans l'état actuel des choses, il n'y a vraiment pas beaucoup d'investissement dans ce domaine", a déclaré Marc Busch, professeur de diplomatie des affaires internationales à l'Université de Georgetown.

    Grande relation, gros obstacles

    L'Union européenne est le premier partenaire économique de la Grande-Bretagne, représentant 49,4% de ses échanges. Les États-Unis se classent au deuxième rang avec 14,7% du total des échanges de biens et de services du Royaume-Uni.

    Le commerce entre les deux pays a atteint 262 milliards de dollars en 2018, selon les données américaines. Les exportations américaines de biens et de services ont totalisé 141 milliards de dollars, dégageant un modeste excédent de 20 milliards de dollars. Les investissements totalisent environ 1 billion de dollars et 1 million de personnes dans chaque pays sont employées par des entreprises de l'autre.

    May a déclaré qu'elle et Trump avaient eu des "discussions positives" sur un accord commercial ambitieux. Trump a ajouté que l'accord serait "phénoménal", conduisant à un commerce qui serait "deux et même trois fois plus élevé que ce que nous faisons en ce moment".

    Pourtant, bon nombre des demandes formulées par l'administration Trump semblent ne pas être novices en Grande-Bretagne. Trump a déclaré que toutes les parties de l'économie seraient "sur la table" pendant les négociations.

    La visite royale surréaliste de Trump passe de la pompe à la politique

    Cela inclut les secteurs litigieux tels que l'agriculture. L'administration Trump a déclaré qu'elle souhaitait garantir un "accès complet" aux produits agricoles en Grande-Bretagne en réduisant ou en supprimant les droits de douane.

    La suppression de ces barrières pourrait toutefois ouvrir la porte de la Grande-Bretagne aux cultures génétiquement modifiées et aux aliments pour animaux contenant des antibiotiques, interdits dans l'Union européenne mais courants aux États-Unis.

    Une telle initiative serait impopulaire au Royaume-Uni, où les politiciens et les médias ont fréquemment exprimé des inquiétudes quant à l'introduction de poulet américain lavé au chlore.

    Trump a également indiqué que le système de santé financé par les fonds publics britannique, le National Health Service, pourrait figurer dans les négociations.

    David Henig, directeur du UK Trade Policy Project et ancien responsable du commerce britannique, a déclaré que l'idée selon laquelle "les capitalistes américains veulent démanteler le NHS" ne sera pas bien accueillie.

    Liam Fox, secrétaire britannique au Commerce international et partisan du Brexit, a déclaré mardi à la BBC que "la réglementation des services publics est une exception claire en matière d'accords commerciaux".

    Trump adoucit plus tard son ton, affirmant dans un entretien télévisé avec "Bonjour la bretagne"Mercredi, il ne considérait plus que le service de santé faisait" partie du commerce ".

    Europe ou les USA?

    La Grande-Bretagne fait actuellement affaire avec le monde à des conditions négociées par l'Union européenne, qui gère les relations commerciales avec les pays tiers pour ses membres.

    Quitter le bloc – loin d’être certain en raison de la crise politique au Royaume-Uni – permettrait au pays de négocier ses propres accords commerciaux.

    Mais s'éloigner trop de l'Union européenne aurait des conséquences.

    Les partenaires de négociation, y compris les États-Unis, chercheront à obtenir de la Grande-Bretagne des concessions susceptibles d'inclure des modifications des normes de sécurité et de protection de l'environnement communes à l'ensemble de l'Union européenne.

    Cela éloignerait davantage la Grande-Bretagne de son principal partenaire commercial et rendrait plus difficile d'éviter les contrôles aux frontières entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, qui fait partie du Royaume-Uni.

    Il n’existe actuellement aucun contrôle physique ni infrastructure à la frontière et leur retour pourrait mettre en péril l’Accord du vendredi saint de 1998, qui a permis de rétablir la paix sur l’île après trois décennies de conflit.

    Nancy Pelosi, la plus grande démocrate à la Chambre des représentants américaine, a déclaré en avril qu’il n’y aurait pas d’accord commercial avec le Royaume-Uni si l’accord du Vendredi saint était compromis.

    "Il y a des endroits où vous devez choisir entre les Etats-Unis et l'UE", a déclaré Henig. "Le gouvernement n'a pas encore décidé comment il veut aller."

    Partenaire peu fiable?

    Les politiciens britanniques qui soutiennent le Brexit évoquent souvent un éventuel accord commercial avec les États-Unis comme preuve que le pays n'a pas besoin de l'Union européenne.

    Alors que Trump avait précédemment promis au Royaume-Uni un "très, très grand accord, très très rapidement", les Etats-Unis entameront des négociations en tant que superpuissance économique sans nécessité particulière de couper un accord.

    L'approche de Trump dans les négociations commerciales pourrait également rendre la vie difficile au Royaume-Uni. Le président américain menace d'imposer des droits de douane pouvant aller jusqu'à 25% sur tous les produits en provenance du Mexique si le pays ne freine pas le flux d'immigrants sans papiers vers les États-Unis.

    Cela intervient après que les pays ont conclu un accord commercial, l'USMCA, avec le Canada.

    "Il est un peu mystérieux de savoir comment [le gouvernement britannique] pourrait nouer le dialogue avec l'administration Trump et avoir la certitude qu'il savait ce qu'il allait obtenir", a déclaré Busch.

    Correction: une version antérieure de cette histoire indiquait de manière incorrecte le pourcentage des échanges entre le Royaume-Uni et les États-Unis et l'Union européenne.