Police d’assurance vie à Levallois-Perret

Qu’est-ce qu’une assurance décès ?

Bannière 728x90

Avec une assurance vie, vous fondez graduellement votre épargne et jouissez d’avantages fiscaux et d’un gain attractif. Que vous vouliez financer un projet ou simplement épargner de l’argent, une assurance vie vous offre une combinaison intéressante d’un PEL et d’un plan de retraite.

Avantages d’une assurance décès

Pourquoi choisir une assurance décès?

  • Garantie de programmation grâce à des gratifications d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Productivité attractive
  • Préservation de vos parents en cas de décès
  • Libre désignation du ou des légataires
  • Réduction fiscale des commissions
  • Financement d’actifs sous la forme d’une police d’assurance vie

    Lorsque vous souscrivez une assurance vie, vous déterminez la durée, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos revenus et à vos objectifs jusqu’à la fin du contrat.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital couvert ou épargné contractuellement plus les profits. Si vous disparaissez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance professionnelle responsable

    Vous avez une famille que vous voulez sauvegarder en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous créer un patrimoine pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une assurance vie pour les 2.
    Avec une assurance décès, vous vous préservez, vous et votre lignée. En retour, vous avez le choix entre un contrat d’assurance vie transitoire et une assurance décès combiné. Choisissez celui qui vous convient le mieux selon de vos besoins personnels.

    Un contrat d’assurance décès temporaire : épauler les enfants

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos parents de manière parfaite : S’il vous arrivait soudainement quelque chose, les membres de la famille à votre charge survivantes seraient en sécurité pécunière. Vous pouvez fixer individuellement le capital assuré, le délai et les bénéficiaires – selon vos volontés. Dès réception de la 1ère prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance totale.
    Une assurance décès temporaire est aussi prépondérant si vous avez financé une maison. En cas de décès, la formalité d’assurance peut être utilisée pour continuer à amortir la maison ou l’appartement afin que les biens restent dans votre famille.

    Ménage avec une assurance invalidité professionnelle

    Un contrat d’assurance décès transitoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Dans de nombreux cas, vous pouvez également transformer une assurance vie provisoire en une police d’assurance vie mixte. L’intérêt : votre santé n’est plus contrôlée.

    une assurance décès mixte : pour votre famille et votre pension

    Vous faites une double provision ici : En cas de mort, vos proches sont protégés par le capital assuré dès la 1ère prime. En conséquence, vous vous constituez un placement à long terme.

    Revenus d’une assurance vie mixte

    Dans le cas de d’une police d’assurance vie mixte, la participation à l’excédent peut générer des gains en plus pour vous. En plus du revenu d’intérêt garanti. Un contrat d’assurance décès en unités de compte n’a pas de gain garanti, mais vous pouvez jouir d’opportunités sur le marché boursier.
    En cas de vieillissement, vous avez le choix du mode de versement de la retraite privée.
    N’hésitez pas à nous contacter !

    Ce n'est pas souvent que Trump, l'homme qui a démembré le champ primaire le plus talentueux des républicains en 2016, semble avoir du mal à gagner du terrain dans un combat politique en face à face.

    Mais Pelosi tourne le propre arsenal de Trump contre lui, utilisant la politique de moquerie et de provocation pour le laisser pour une fois, déséquilibré et contraint de répondre à un rival plus agile.

    Et les réactions de plus en plus livides de Trump aident Pelosi à se sortir d’un moment politique délicat.

    Cette semaine a commencé avec le récit de Beltway selon lequel elle était soumise à une pression croissante d'un caucus démocrate impatient de ne pas vouloir ouvrir une enquête de destitution contre Trump.

    Trump nie la crise de colère dans un épisode public en colère

    Maintenant, ses attaques et plusieurs victoires judiciaires utiles alors que les démocrates recherchent les états financiers de Trump unissent sa coalition et même valident son avertissement. Trump souhaite la destitution pour qualifier son parti d'extrême et excessif.

    L'émission Trump versus Pelosi se transforme en un jeu politique quotidien intriguant. Mais les conséquences ne sont pas anodines: après les élections de 2020, il est probable qu'un seul des rivaux restera debout.

    Lors de sa deuxième éruption contre Pelosi en autant de jours jeudi, Trump a montré à quel point elle était sous la peau.

    Il a qualifié la femme la plus haut placée de l'histoire de la politique américaine de "gâchis" et de "folle". Dans un autre discours délirant, il s'est demandé si elle était assez intelligente pour lire un projet de loi, même si l'oratrice s'est révélée être une législatrice convaincante et enthousiaste.

    "Je la regarde depuis longtemps. Ce n'est pas la même personne. Elle l'a perdue", a déclaré Trump à des journalistes, lors d'un reportage hors script d'une manifestation à la Maison Blanche afin de mettre en évidence de nouvelles mesures pour aider les agriculteurs américains souffrant de sa guerre commerciale avec la Chine.

    Également jeudi, une vidéo manipulée de Pelosi a été partagée sur les médias sociaux afin de répandre une fausse affirmation selon laquelle elle exprimait ses propos après une rencontre avec Trump. Plus tard dans la soirée, une émission de Fox Business Network a présenté un autre clip de Pelosi et les panélistes ont ensuite spéculé sur sa santé. Trump a ensuite tweeté le segment de l'émission.

    Pelosi opère un livre de jeu spécialement conçu pour Trump alors qu'elle le frappe là où ça fait le plus mal, ciblant son ego, son courage, sa virilité et sa sensibilité face à sa fortune.

    Elle se demandait si son refus d'un contrat d'infrastructure pouvait être attribué à "un manque de confiance de sa part".

    Pelosi est allé chercher l'image de dur à cuire de Trump, en spéculant que son obsession pour un mur de frontière extrêmement long était "comme une chose virile pour lui, comme si la virilité pouvait jamais être associée à lui". Et elle s'est moquée de la richesse héritée de Trump: les employés fédéraux ne peuvent pas "demander plus d'argent à leur père", a-t-elle déclaré lors de la fermeture du gouvernement plus tôt cette année.

    Le débrayage

    Le débrayage de Trump marque un point de non retour
    La contre-attaque du président intervient un jour après sa sortie d'une réunion avec Pelosi et d'autres démocrates du Congrès, après qu'elle l'ait accusé ou orchestré une "dissimulation".

    Trump a maintenant suspendu toute coopération avec les démocrates de la Chambre jusqu'à ce qu'ils clôturent leurs multiples enquêtes sur sa campagne, sa présidence et ses affaires financières.

    Aides a déclaré à CNN que Trump était particulièrement fâché face au commentaire de son interlocuteur selon lequel il avait "une crise de colère" et aux médias qui avaient l'impression que son tempérament s'était échappé de tout contrôle lors de leur réunion de mercredi.

    Sa colère le poussa à monter un spectacle profondément bizarre et impresidentiel dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche, exigeant le témoignage de ses propres assistants.

    "Vous étiez très calme", ​​a déclaré Kellyanne Conway, conseillère principale de Trump.

    Le président, semblant de nouveau irrité de ne pas avoir été compris, a affirmé qu'il avait été cohérent sur de nombreuses questions politiques tout au long de sa vie: "Je suis un génie extrêmement stable."

    Il ne fallut pas longtemps à Pelosi pour revenir en arrière.

    "Lorsque le" génie extrêmement stable "commencera à jouer davantage le rôle de président, je serai heureux de travailler avec lui sur les infrastructures, le commerce et d'autres questions", a écrit Pelosi sur Twitter.

    Cette guerre d'insultes entre un orateur et un président n'est guère digne. Il est possible que les électeurs qui sont déjà dégoûtés de Washington ne soient que plus déçus.

    Un sénateur républicain, John Kennedy, de Louisiane, a plaidé jeudi pour que les deux parties discutent au lieu de se comporter comme des "enfants de 8 ans au fond d’une bagarre dans une mini-fourgonnette".

    Les partisans de Trump, qui adoptent son style peu orthodoxe, franc et combatif, ne seront pas déroutés par ses singeries. Et les confrontations dans le Beltway sont souvent marquées différemment en dehors de DC. Trump a également l'habitude de confondre la sagesse des experts politiques.

    Peut-il y avoir un gagnant?

    Trump à la défense maintenant que les démocrates remportent la victoire

    Une source a déclaré jeudi à Gloria Borger de CNN que le président était satisfait de la façon dont se déroulaient les dernières escarmouches politiques, estimant qu'il avait "les démocrates dans une boîte". Trump pense que le champ présidentiel démocrate et gonflé et la lassitude du public face à l'enquête sur la Russie l'aident – même s'il est frustré par les enquêtes démocrates sur les finances de sa famille.

    "Son état d'esprit est audacieux. Il pense les mettre au dépourvu", a déclaré la source.

    Mais Trump pourrait avoir plus de risques que Pelosi. Tous les Américains ne veulent pas voir leur président fulminer derrière un podium. Et – autant que le GOP cherche à faire de elle le visage du parti démocrate – Pelosi ne sera pas sur la liste des candidats à la présidentielle.

    Trump a déjà obtenu la deuxième meilleure place dans une épreuve de force avec Pelosi – lors de la fermeture du gouvernement à la fin de l'année – qui a montré à quel point les présidents sont le plus exposés dans de telles situations et risquent souvent d'en prendre plus.

    Un refroidissement prolongé entre la Maison-Blanche et la Chambre pourrait être une mauvaise nouvelle pour les deux parties. Chaque partie veut des mesures concernant les infrastructures, les prix des médicaments sur ordonnance et d’autres priorités.

    Mais Pelosi a adopté plus de 250 projets de loi depuis janvier, notamment des projets de loi majeurs, dont beaucoup sont bloqués au Sénat du GOP. Les mesures prises en matière de changement climatique, de soins de santé, de réforme des armes à feu et d'éthique ne sont pas un mauvais résultat pour les électeurs libéraux.

    Trump, quant à lui, est impatient de voir son remplaçant pour l'accord commercial entre l'ALENA et le Mexique et le Canada ratifié afin de renforcer sa propre thèse de président. Mais il a besoin de l'aide de Pelosi.

    Et l'histoire suggère que toute crise économique majeure déclenchée par l'échec des négociations sur le budget et de la hausse du plafond de la dette serait plus périlleuse pour le président que pour les démocrates.

    «Gangster téméraire»

    GOP jette un bouclier de destitution autour de Trump

    Les événements de ces deux derniers jours ont permis à Pelosi de prendre son envol et de forcer Trump dans une position plus difficile.

    Les démocrates de la Chambre étant exaspérés par la politique de non-coopération généralisée de leur gouvernement avec leurs efforts de surveillance, une minorité croissante de législateurs a appelé à la destitution.

    "Le fait est que, lorsque vous avez une constitution et que vous avez une règle de droit, et que vous la détruisez de manière imprudente, vous devez agir", a déclaré jeudi le représentant Steve Cohen, D-Tennessee, à Poppy Harlow, de CNN.

    L'attachée de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, s'est concentrée sur ce sentiment jeudi.

    "Le problème de Nancy Pelosi est qu'elle a totalement perdu le contrôle de son parti", a déclaré Sanders à "New Day".

    "L’extrême gauche lui dit quoi faire, peut-être que certains des modérés qui veulent réellement faire quelque chose et qu’elle a perdu le contrôle, et qu’à un moment donné, elle doit décider de la direction à prendre."

    Les efforts de Sanders ont rapidement été compromis par les feux d'artifice du président. Son attitude a permis à Pelosi d'atténuer la pression – affirmant que malgré des infractions impossibles à atteindre, les démocrates ne devraient pas jouer entre les mains du président.

    "Il ne fait aucun doute que la Maison-Blanche réclame juste une mise en accusation. C'est pourquoi il a basculé hier. … Vous avez tous une histoire qui n'est pas réelle. Je veux dire, vous voulez croire qu'il y a tout ce malaise dans notre caucus "Ce n'est tout simplement pas la vérité", a déclaré Pelosi jeudi.

    Trump a ensuite été directement demandé s'il voulait être destitué.

    "Je ne pense pas que quiconque veuille être destitué", a-t-il répondu, mais a ensuite cité des sondages – que Pelosi peut également lire – montrant que la majorité des Américains s'opposent à une telle décision.

    "Je ne pense pas que les Américains vont l'accepter", a déclaré Trump, évoquant le cas plus large qu'il présenterait au public si les démocrates de la Chambre ouvraient une enquête de destitution.

    La lutte entre Pelosi et Trump reste fluide. Il n'y a aucune garantie qu'elle maintiendra son avantage actuel. Et une chose est sûre, Trump ne reculera jamais.

    Mais il est clair que la Maison-Blanche a besoin d'une stratégie plus efficace pour traiter avec une oratrice qui a déjà exploité son pouvoir pour rendre la Maison-Blanche aux démocrates une fois auparavant en 2008.

    Gloria Borger et Dana Bash de CNN ont contribué à ce rapport.