Police d’assurance vie à Caen

Qu’est-ce qu’une police d’assurance vie ?

Bannière 728x90

Avec une assurance décès, vous instituez graduellement votre économie et bénéficiez d’avantages fiscaux et d’un rendement attrayant. Que vous désiriez sponsoriser un projet ou simplement épargner de l’argent, une assurance décès vous offre une association intéressante d’un PEL et d’un plan de pension.

Avantages d’une assurance décès

Pourquoi choisir une assurance décès?

  • Garantie de planification grâce à des primes d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Efficacité attractive
  • Préservation de vos proches en cas de décès
  • Libre sélection du ou des ayant droits
  • Réduction fiscale des commissions
  • Placement d’actifs sous la forme d’un contrat d’assurance décès

    Lorsque vous signez un contrat d’assurance vie, vous déterminez la durée, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos ressources et à vos objectifs jusqu’à la fin du contrat.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital garanti ou épargné contractuellement plus les gains. Si vous décédez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance professionnelle responsable

    Vous avez une descendance que vous voulez sauvegarder en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous former un patrimoine pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une assurance vie pour les deux.
    Avec un contrat d’assurance décès, vous vous préservez, vous et votre lignée. En retour, vous avez l’option entre une police d’assurance vie transitoire et une assurance vie combiné. Désignez celui qui vous convient le mieux en fonction de vos besoins personnels.

    une assurance vie transitoire : sauvegarder les enfants

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos enfants de manière parfaite : S’il vous arrivait soudainement quelque chose, les personnes à votre charge survivantes seraient en sécurité pécunière. Vous pouvez choisir un par un le capital assuré, la durée et les bénéficiaires – selon vos désirs. Dès réception de la première prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance complète.
    Une police d’assurance vie transitoire est également prépondérant si vous avez financé une maison. En cas de décès, la prestation d’assurance peut être utilisée pour continuer à amortir la propriété ou l’appartement afin que les biens demeurent dans votre famille.

    Ménage avec une assurance professionnelle

    Une assurance décès transitoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Dans de nombreux cas, vous pouvez également changer une assurance décès transitoire en un contrat d’assurance vie mixte. L’avantage : votre santé n’est plus contrôlée.

    Une assurance vie combiné : pour vos proches et votre retraite

    Vous faites une double provision ici : En cas de disparition, vos proches sont protégés par le capital assuré dès la 1ère prime. En plus, vous vous constituez un investissement à long terme.

    Gains d’un contrat d’assurance vie mixte

    Dans le cas de d’une assurance décès mixte, la contribution à l’excédent peut générer des gains supplémentaires pour vous. En plus du gain d’intérêt garanti. Une assurance vie en unités de compte n’a pas de gain garanti, mais vous pouvez profiter d’opportunités sur le marché financier.
    En cas de vieillesse, vous avez l’option du type de versement de la retraite complémentaire privée.
    N’hésitez pas à nous joindre !

    Dans une plainte déposée mardi, les groupes soutiennent que si la règle devait entrer en vigueur, cela "encouragerait les professionnels de la santé à refuser le traitement médical aux patients en raison de leurs convictions religieuses ou morales personnelles".
    La Cour suprême laisse intacte le blocage de la restriction relative à l'avortement dans l'Indiana, mais autorise l'entrée en sépulture fœtale

    "La règle est intentionnellement impraticable pour les établissements de santé, y compris les hôpitaux, et pourrait amener ces établissements à supprimer complètement les services de reproduction et les services LGBTQ afin d'éviter de perdre des fonds publics", ont déclaré les plaignants dans un communiqué.

    Richard B. Katskee, directeur juridique de la demanderesse Americans United pour la séparation de l'Église et de l'État, a déclaré que la règle était "inconstitutionnelle à au moins quatre égards" – notamment en violant la clause d'égalité de protection en ciblant les communautés marginalisées.

    Geneviève Scott, avocate principale au Centre pour les droits de reproduction, a déclaré que la règle est "intentionnellement source de confusion et irréalisable".

    "Même les ambulanciers et le personnel administratif sont encouragés à refuser les soins", a-t-elle déclaré. "La règle est extrêmement large et ne limite en rien le risque de se voir refuser un traitement, même pour ceux qui ont besoin de soins d'urgence."

    Parmi les autres plaignants, le Centre pour les droits en matière de reproduction, Lambda Legal, des cliniques pour LGBT et le comté de Santa Clara en Californie.

    Lorsque la règle finale a été publiée plus tôt ce mois-ci, le Bureau des droits civils du ministère de la Santé et des Services sociaux a déclaré dans un communiqué qu'il en remplaçait un de 2011 qu'il jugeait "insuffisant".

    L'administration affirme que la règle protégera les individus et les entités de soins de santé contre toute implication indésirable dans des services tels que l'avortement, la stérilisation ou l'aide au suicide. La règle, selon le bureau, rétablit les protections existantes créées par le Congrès.

    La règle finale précise également que les plaintes adressées au bureau au sujet de chirurgies liées à la dysphorie de genre seront examinées au cas par cas.

    La règle finale du HHS a entraîné la condamnation immédiate de plusieurs groupes de défense des droits civils et génésiques lors de sa publication. Ils ont averti que les personnes cherchant des soins de procréation risquaient de perdre, tout comme les membres de la communauté LGBTQ. Ils ont dit que l'idée de liberté religieuse est utilisée pour justifier de nuire aux communautés et mettre des vies en danger, et nuira à la santé des femmes et à celle des patients transgenres.