Contrat d’assurance décès à Nantes

Qu’est-ce qu’une contrat d’assurance décès ?

Bannière 728x90

Avec une police d’assurance vie, vous instituez au fur et à mesure votre fonds et bénéficiez d’avantages fiscaux et d’un rendement avantageux. Que vous souhaitiez sponsoriser un projet ou simplement épargner de l’argent, une contrat d’assurance décès vous offre une association intéressante d’un plan d’épargne et d’un plan de retraite.

Avantages d’une police d’assurance vie

Pourquoi choisir une police d’assurance vie?

  • Tranquilité de programmation grâce à des commissions d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Productivité attractive
  • Protection de vos proches en cas de perte
  • Libre choix du ou des légataires
  • Déductibilité fiscale des commissions
  • Investissement d’actifs sous la forme d’une assurance décès

    Lorsque vous payez une assurance décès, vous déterminez la période, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos ressources et à vos objectifs jusqu’à la fin du contrat.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital couvert ou épargné contractuellement plus les intérêts. Si vous mourez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance professionnelle responsable

    Vous avez une famille que vous voulez protéger en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous former un capital pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une assurance décès pour les deux.
    Avec un contrat d’assurance vie, vous vous préservez, vous et votre famille. En retour, vous avez le choix entre un contrat d’assurance vie temporaire et une assurance décès combiné. Adoptez celui qui vous convient le mieux selon de vos besoins personnels.

    Une police d’assurance vie provisoire : épauler les parents

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos enfants de manière optimum : S’il vous arrivait subitement quelque chose, les personnes à votre charge en vie seraient en sécurité financière. Vous pouvez fixer individuellement le capital assuré, le délai et les bénéficiaires – selon vos désirs. Dès réception de la 1ère prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance complète.
    Une assurance vie transitoire est aussi importante si vous avez financé une propriété. En cas de disparition, la formalité d’assurance peut être utilisée pour continuer à rembourser la propriété ou l’appartement afin que les biens demeurent dans votre famille.

    Ménage avec une assurance professionnelle

    Une assurance décès provisoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Souvent, vous pouvez également transformer une assurance vie transitoire en une assurance vie hybride. L’intérêt : votre santé n’est plus contrôlée.

    Une assurance vie combiné : pour vos enfants et votre retraite

    Vous faites une double provision ici : En cas de disparition, vos proches sont protégés par le capital assuré dès la 1ère prime. En même temps, vous vous constituez un investissement à long terme.

    Gains d’une assurance décès combiné

    Dans le cas de d’un contrat d’assurance vie hybride, la participation à l’excédent peut créer des revenus supplémentaires pour vous. En plus du revenu d’intérêt garanti. Un contrat d’assurance vie en unités de compte n’a pas de gain garanti, mais vous pouvez jouir d’opportunités sur le marché financier.
    En cas de vieillesse, vous avez le choix du mode de versement de la retraite complémentaire privée.
    N’hésitez pas à nous appeler !

    Ses avocats ont déposé un avis de réclamation de 45 millions de dollars auprès de l'Arizona mercredi, faisant état d'allégations à l'encontre de l'État et d'Hacienda HealthCare, où la femme vivait depuis 1992.
    Les autorités ont obtenu des échantillons d'ADN de membres masculins du personnel et arrêté l'infirmière auxiliaire autorisée Nathan Sutherland, âgée de 36 ans, qui s'occupait de la femme. Il a été inculpé d'agression sexuelle et de violence envers un adulte vulnérable et a plaidé non coupable.

    Dans l’avis de réclamation déposé devant les tribunaux pour discussion en vue d’un règlement, la famille avait formulé une série d’allégations contre l’État et l’établissement de santé où vivait la femme, maintenant âgée de 29 ans.

    Les médecins qui ont soigné une victime d'agression sexuelle en Arizona ne traitent plus leurs patients

    Le centre médical du comté de Maricopa a examiné la femme après son accouchement et a conclu qu'elle avait été "violée à plusieurs reprises", selon les documents. Son accouchement était probablement un «événement à répétition», ce qui signifie qu'elle aurait pu être enceinte auparavant, selon les documents.

    D'après la plainte, il est difficile de savoir si elle avait eu la grossesse précédente, sa famille pense qu'elle a dû accoucher.

    La femme a été victime de multiples agressions sexuelles qui lui ont causé une douleur physique et émotionnelle permanente et une grande détresse émotionnelle chez ses parents.

    La femme a une déficience intellectuelle à la suite de crises épileptiques, elle est alitée et non verbale. Mais elle peut bouger certaines de ses extrémités, réagir au son et faire des gestes du visage, selon sa famille.

    Ses parents avaient précédemment demandé à ce qu’elle soit gardée par des employées et on lui avait assuré que cela arriverait, mais ce n’est pas le cas, selon les documents. Les documents indiquent que les gardiens de sexe masculin sans surveillance, y compris le suspect, ont été autorisés à se rendre dans sa chambre.

    Les documents accusent l’état de "responsabilité indirecte pour la négligence, la négligence grave et la négligence médicale" à Hacienda.

    Les documents mentionnent également des allégations de négligence, de négligence grave et de "négligence en soi" en plus de la responsabilité du fait d'autrui. Les documents allèguent que les "deux premières plaintes découlent du" placement de la victime "à Hacienda et de l'omission subséquente d'exercer un contrôle raisonnable sur ses soins.

    "Les atrocités indicibles (…) sont le résultat d'une faute systémique et individuelle et d'une mauvaise gestion à Hacienda (installation) et d'une supervision pratiquement inexistante de la part de l'État", selon les documents.

    CNN a sollicité les commentaires du bureau du procureur général de l'Arizona, mais n'a pas reçu de réponse. CNN demande également à Hacienda HealthCare de commenter ces documents.

    Après que les allégations d'agression sexuelle ont été révélées cette année, l'établissement a annoncé qu'il apportait des modifications pour assurer la sécurité de ses patients.

    Parmi les améliorations apportées à l'installation, citons la "sécurité renforcée", de nouvelles caméras de sécurité et de nouveaux agents, ainsi que le recyclage des membres du personnel sur les protocoles relatifs aux abus et à la négligence.

    "Nos patients, leurs familles, les membres de notre équipe et la communauté ne méritent rien de moins que cet engagement de notre part", a déclaré Hacienda HealthCare.

    Une femme aurait présenté des signes de grossesse

    Avant la naissance de la patiente, il y avait 83 occasions manquées de diagnostiquer la grossesse, selon les documents.

    Un ex-procureur a demandé à la femme enceinte de procréer

    "Au cours des derniers jours ou semaines, le personnel a constaté une augmentation de la distension abdominale et de la fermeté", selon les documents.

    Le jour de son accouchement, elle "subissait un bilan pour d'éventuelles maladies gastro-intestinales telles que la diverticulite", selon les documents.

    "L'infirmière du personnel avait remarqué que la patiente n'avait plus de distension ni de sensibilité abdominale. Une heure plus tard, elle est revenue dans la chambre et a soulevé les draps. Elle a constaté que la tête du bébé avait été livrée", indique le document.

    Ses gardiennes n’ont pas détecté sa grossesse malgré des signes tels que des règles ratées, une «masse» dans son abdomen, un poids croissant et des jambes gonflées. En conséquence, elle aurait passé sa grossesse sans soins appropriés et en état de malnutrition.

    La demande vise un règlement de 25 millions de dollars pour la victime et de 10 millions de dollars pour chacun de ses parents dans un délai de deux mois, sinon les avocats se saisiront des tribunaux.