Assurance décès à Aix-en-Provence

Qu’est-ce qu’une contrat d’assurance décès ?

Bannière 728x90

Avec une police d’assurance vie, vous formez au fur et à mesure votre capital et profitez d’avantages fiscaux et d’un rendement attractif. Que vous souhaitiez soutenir un projet ou simplement économiser de l’argent, une police d’assurance vie vous offre une union intéressante d’un PERP et d’un plan de pension de vieillesse.

Avantages d’un contrat d’assurance vie

Pourquoi choisir une assurance vie?

  • Tranquilité de programmation grâce à des gratifications d’épargne {continues|régulières| et constantes
  • Efficacité attractive
  • Protection de vos proches en cas de perte
  • Libre choix du ou des ayant droits
  • Déductibilité fiscale des primes
  • Investissement d’actifs sous la forme d’un contrat d’assurance vie

    Lorsque vous signez une police d’assurance vie, vous déterminez la durée, le capital et les bénéficiaires. Vous payez alors régulièrement une prime d’épargne qui correspond à vos moyens et à vos objectifs jusqu’à la fin du bail.
    A l’échéance du contrat, vous recevez le capital garanti ou épargné contractuellement plus les gains. Si vous disparaissez pendant la durée du contrat, 100 % ou plus du capital garanti ou convenu contractuellement sera versé à votre bénéficiaire (selon le type de contrat).

    Une prévoyance responsable

    Vous avez une descendance que vous voulez protéger en cas d’urgence ? Ou souhaitez-vous former un patrimoine pour votre propre prévoyance vieillesse ? Vous pouvez utiliser une police d’assurance vie pour les 2.
    Avec un contrat d’assurance vie, vous vous protégez, vous et votre lignée. En retour, vous avez l’option entre une assurance vie transitoire et un contrat d’assurance décès hybride. Désignez celui qui vous convient le mieux selon de vos besoins privés.

    Une assurance décès temporaire : sauvegarder la descendance

    Avec cette assurance, vous prenez soin de vos enfants de manière optimum : S’il vous arrivait brusquement quelque chose, les membres de la famille à votre charge vivantes seraient en sécurité pécunière. Vous pouvez fixer un par un le capital assuré, le délai et les bénéficiaires – selon vos souhaits. Dès réception de la 1ère prime, vous et votre famille bénéficiez d’une couverture d’assurance complète.
    Une assurance vie provisoire est également importante si vous avez financé une maison. En cas de mort, la prestation d’assurance peut être utilisée pour continuer à payer la maison ou l’appartement afin que les biens demeurent dans votre famille.

    Couple avec une assurance professionnelle

    Une assurance décès transitoire peut également être combinée à l’assurance invalidité professionnelle pour vous protéger en cas d’incapacité d’exercer votre profession.
    Souvent, vous pouvez également modifier un contrat d’assurance décès provisoire en une assurance décès mixte. Le bénéfice : votre santé n’est plus contrôlée.

    une assurance décès mixte : pour vos proches et votre pension

    Vous faites une double provision ici : En cas de mort, vos proches sont immunisés par le capital assuré dès la première prime. En même temps, vous vous constituez un investissement à long terme.

    Revenus d’un contrat d’assurance vie mixte

    Dans le cas de d’un contrat d’assurance décès combiné, la participation à l’excédent peut générer des revenus en plus pour vous. En plus du gain d’intérêt garanti. Un contrat d’assurance décès en unités de compte n’a pas d’intérêt garanti, mais vous pouvez profiter d’opportunités sur le marché de la bourse.
    En cas de vieillissement, vous avez le choix du type de versement de la retraite privée.
    N’hésitez pas à nous joindre !

    Plusieurs évêques – y compris un ancien cardinal – ont été accusés de harcèlement sexuel et d'autres actes répréhensibles. D'autres évêques auraient dissimulé les péchés et les crimes d'autres membres du clergé.

    Cette semaine, lors de leur réunion annuelle à Baltimore, les évêques ont déclaré avoir reçu le message.

    "En tant qu'évêques des États-Unis, nous avons entendu la colère exprimée par tant de personnes au sein de l'église et à l'extérieur de celle-ci au sujet de ces échecs", a déclaré la Conférence des évêques catholiques des États-Unis dans une déclaration approuvée à une écrasante majorité jeudi par 229 évêques votants.

    "La colère est justifiée; elle nous a humiliés et nous a amenés à nous interroger, à nous repentir et à vouloir faire mieux."

    Lors de leur réunion de printemps, les évêques catholiques du pays ont montré comment ils essaieraient de traduire ce désir en actes. Traditionnellement, les évêques jouissaient d'une grande autonomie dans leur diocèse, sous la surveillance exclusive du pape. Les évêques catholiques des États-Unis ont rapidement adopté quatre mesures conçues pour renforcer la responsabilité, la transparence et la confiance avec les catholiques laïcs.

    Mercredi, les évêques ont voté en faveur de la création d'une hotline 1-800 et d'un site Web pour traiter les plaintes d'inconduite de la part d'évêques. Les lignes téléphoniques d'urgence seront surveillées par une tierce partie, selon la résolution, qui transmettra les allégations à l'archevêque en chef de la région, à l'ambassadeur américain du Vatican et aux autorités civiles, si des activités criminelles sont alléguées. La mesure a été adoptée par 205 voix contre 16.

    Un jour plus tard, les évêques ont adopté un protocole précisant les mesures à prendre pour restreindre les évêques retraités qui ont été "destitués ou démissionnés de leurs fonctions pour une raison grave", notamment des sévices sexuels ou une dissimulation de la faute.

    Selon les protocoles, les évêques peuvent restreindre le droit des évêques retraités de prêcher et de célébrer les sacrements, de refuser leur inhumation dans des cathédrales d'église et de refuser des fonds pour des voyages ou une "assistance de secrétariat".

    L'église a été tachée à nouveau par les récents scandales

    À bien des égards, cette mesure répondait à des révélations sur Theodore McCarrick, l'ancien cardinal archevêque de Washington, défroqué par le pape François en février après une série d'accusations selon lesquelles l'homme de l'église, autrefois puissant, aurait couché avec des séminaristes et abusé sexuellement de mineurs. McCarrick a nié les accusations.

    Le Vatican défroque l'ancien cardinal américain McCarrick suite à des accusations d'abus sexuel

    La réputation des évêques a pris un autre coup dur la semaine dernière quand un rapport de l'église interne obtenu par le Washington Post accusait l'ancien évêque de Virginie occidentale de harceler sexuellement de jeunes prêtres et dépensait des centaines de milliers de dollars en articles de luxe et en cadeaux pour de puissants clercs. L’évêque Michael Bransfield, qui avait été démis de ses fonctions en mars dernier, a nié ces accusations, affirmant qu’il attendait avec impatience son procès au Vatican.

    Jeudi à Baltimore, les évêques catholiques ont approuvé un plan d'application des nouvelles lois de l'église, promulguées par le pape François en mai, concernant les abus sexuels sur des mineurs et d'autres personnes vulnérables, ainsi que les dirigeants d'église qui gèrent mal de telles accusations.

    Ce plan est centré sur le "métropolite", le plus grand archevêque dans une province confessionnelle. Aux États-Unis, les 196 diocèses (chacun supervisé par un évêque) sont regroupés en 32 provinces. Les archevêques qui dirigent ces provinces seront chargés de mener des enquêtes sur les évêques et de donner les informations au Vatican pour qu'il prenne une décision finale.

    Avant le vote sur la proposition, certains catholiques, dont Francis Cesareo, président du National Review Board de l'USCCB, ont déclaré que le plan confiait essentiellement les évêques à la police.

    "Ne pas impliquer les laïcs compétents et compétents dans la direction du processus de révision marquerait la poursuite d'une culture de préservation de soi suggérant une complicité", a déclaré Cesareo dans un discours prononcé aux évêques mardi.

    Une grande partie du débat entre cette date et jeudi, lorsque les évêques ont voté sur la proposition, a porté sur le rôle des catholiques laïcs. Plusieurs évêques et autres responsables catholiques ont insisté sur le fait que les non-membres du clergé devaient être impliqués dans les enquêtes si l'on voulait faire confiance au processus.

    "La participation des laïcs devrait être obligatoire pour que nos évêques ne nuisent pas à l'église, en particulier de la manière dont nous avons appris l'existence au cours de l'année écoulée", a déclaré Mgr Shawn McKnight, évêque de Jefferson City, dans le Missouri.

    Comment 2018 est devenue l'année catholique de l'enfer

    Les commentaires de McKnight ont été applaudis par les autres évêques.

    À cette fin, le cardinal Blasé Cupich, de Chicago, l'un des principaux alliés du pape aux États-Unis, a suggéré de modifier la proposition afin de codifier quand et comment les laïcs devraient être impliqués dans des enquêtes sur les évêques. (En vertu de la loi de l'église, seul le pape a la surveillance ultime des évêques.)

    L'amendement de Cupich, qui a été voté jeudi à la voix, exhorte chaque métropolite à nommer un laïc qualifié pour recevoir les rapports d'inconduite des évêques. Cette personne serait également chargée d'informer le public sur la manière de signaler les cas impliquant des évêques. Un autre amendement, proposé par McKnight et également approuvé par les évêques, indique clairement que le Métropolite devrait nommer un laïc pour aider à mener l'enquête elle-même.

    Le "modèle métropolitain" a bien fonctionné, ont déclaré les dirigeants catholiques, lors de l'enquête sur Bransfield, menée par l'archevêque William Lori de Baltimore avec l'aide de cinq enquêteurs laïcs, dont certains n'étaient pas catholiques.

    Mais même le rapport Bransfield a été entaché de scandale.

    Lori s'est excusée pour avoir révisé le rapport en omettant le fait que lui et d'autres évêques avaient reçu des dizaines de milliers de dollars en cadeaux de Bransfield. Il s'est engagé à remettre 7 500 dollars à des œuvres caritatives catholiques de Virginie occidentale.

    "Si je devais recommencer, en particulier au moment où nous essayons de renforcer la responsabilité et la transparence, le rapport aurait inclus les noms des évêques qui ont reçu des cadeaux, y compris le mien", a déclaré Lori dans une vidéo. déclaration.

    Enfin, tous les évêques, sauf un, ont voté en faveur de ce qui constitue essentiellement une réaffirmation de leurs vœux en tant qu'évêques, l'accent étant mis sur la crise des abus. À certains égards, le document "Affirmer nos engagements épiscopaux" est une feuille de route expliquant comment les évêques envisagent de rétablir la confiance dans une crise qui a coûté des centaines de millions de dollars en règlements légaux et beaucoup plus, peut-être, en capital moral.

    Voici les 10 engagements des évêques catholiques américains

    1. Tendre la main aux survivants des abus sexuels commis par le clergé et à leurs familles, en les aidant à trouver la guérison et les soins.

    2. Suivre les nouvelles directives du pape sur l'obligation pour les évêques de se conformer à des "normes morales plus élevées".

    3. Publier des informations sur la manière dont les gens peuvent accuser les évêques d'abus sexuels.

    4. Inclure les laïcs dans les enquêtes sur les fautes commises par les évêques.

    5. Modifier les codes de conduite de l'église pour inclure explicitement les évêques et tous ceux qui travaillent pour l'église.

    6. S'assurer que ces codes de conduite expliquent clairement ce qui constitue une inconduite sexuelle et du harcèlement d'adultes.

    7. Vivre chastement, sans vie "double" ou "secrète".

    8. Faire passer les besoins des personnes accusant des abus avant les préoccupations des institutions, y compris la coopération avec des experts non professionnels et des autorités civiles.

    9. Participer à des séminaires et à d'autres rassemblements d'églises pour apprendre les meilleures pratiques en matière de lutte contre les abus sexuels sur mineurs et personnes vulnérables.

    10. Ne recommander au Vatican que les évêques proposés "vraiment à la hauteur de l'épiscopat".