Avantage fiscal – Carcassonne : pour les Gilets jaunes, un « anniversaire » pour lequel règne toujours la colère – Simulation Pinel en ligne et gratuite

Rencontre, quelques jours avant le 17 novembre 2019, un an après le début du mouvement, avec les membres de Carcassonne en colère. Les gilets jaunes, qui ont également été soulevés contre la politique du gouvernement et dans l'attente d'une large mobilisation des citoyens.

Dimanche prochain, c'est sur le site de Cavayère que l'invitation est lancée. Le 17 novembre 2019, un an jour pour jour après le début du mouvement des gilets jaunes, près de 80 personnes, toutes attachées au groupe Carcassonne en colère, partagent un repas. Un rendez-vous pris au lendemain d'un samedi 16 novembre pour lequel Vests carcassonnais promet une série d'actions. L’occasion, sous la forme d’un alphabet, de revenir avec quinze Gilets, mobilisés pour nombre d’entre eux depuis les origines du mouvement, sur les enseignements, les victoires et les déceptions d’une année de luttes.

Un anniversaire comme le mouvement
Les réponses sont légères et fusibles. Que retenir d'une année de mobilisation, quel solde des revendications défendues? "Ne t'inquiète pas pour nousFrancis résume. "Nous manquons de respect" , ajoute Denis, agriculteur à la retraite depuis 11 ans, qui se souvient "La promesse d'une retraite agricole de 75% de la base sous Mitterrand. Et aujourd'hui, nous sommes accusés du CSG. J'ai de la colère." Pour les Gilets de Carcassonne en colère, les mesures annoncées par Emmanuel Macron en décembre 2018 n'ont rien changé. Les 17 milliards engagés, selon l'estimation communiquée en avril dernier par le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire (revalorisation de Smic, exemption fiscale des heures supplémentaires, réindexation des petites pensions sur l'inflation, …), n ° 39; n'ont rien changé: "Nous sommes revenus à un taux d'essence supérieur à ce qu'il était en novembre 2018, l'électricité augmente, le gaz aussi, tempête Daniel, a pris sa retraite de la construction. De tout ce qui a été demandé, rien n'a été fait."Et les différentes mesures prises depuis le début de la mobilisation ne leur permettent pas de croire à une inflexion: "Cession d'Aéroports de Paris, privatisation de barrages, santé, éducation,… ça va de pire en pire. Ils continuent de déployer leur feuille de route comme si nous n'existions pas"Sophie dit, mère de famille.

Avec une critique récurrente, celle du refoulement comme seule réponse: "M. Macron ne nous écoute pas. En réponse, il nous envoie la police"Cathy insiste. Avec violence dénoncée et égrainées, ce lundi de réunion au QG du rond-point de Charlemagne, en évoquant les 4 400 blessés ou les 10 718 en garde à vue à l'échelle nationale. Quant à la violence ou aux dégradations du côté des manifestants, Carcassonne en colère met en avant son pacifisme, revendiqué depuis le début. "Au niveau national, tout est fait pour nous discréditer"dit Marie.

C comme convergence des luttes
Aux côtés des enseignants qui dénoncent leur malaise, des habitants de la vallée d'Orbiel sur la question de la pollution par l'arsenic, des agriculteurs solidaires pour dénoncer le CETA, des responsables des finances publiques pour contester les fermetures de caisse, … Pas une semaine sans que les Gilets ne s'impliquent cause. Depuis onze mois, Carcassonne en colère mise sur la convergence des luttes. Avec un premier contact établi et solidifié du côté de Solidaires, en espérant d’autres syndicats. "C’est ce qui fait que nous pesons tellement que le gouvernement devra réagir et prendre en compte nos revendications" dit Henry Garino. Une convergence que le groupe déclinera à l'échelle du territoire de l'Agglo de Carcassonne, pour peser dans le débat sur le prix de l'eau, en associant notamment Attac.

E comme engagement politique
Des listes portant des gilets jaunes aux Européens avaient été apposées. Que donner des idées pour le municipal de 2020? Si chaque membre du groupe est libre de s’engager, aucune liste jaune de vestes à prédire. Mais la volonté de jouer un rôle est là pour ceux qui se souviennent "Apolitique" brandi dans les premières heures du mouvement: "Mais nous devons parler de politique." Avec le désir affiché par Henry Garino de "Nous pesons de tout notre poids sur les municipalités. Nous voulons participer au débat afin que les sujets que nous considérons comme importants entrent dans les programmes, ainsi que pour l'eau publique."

F comme fraternité et humanité
Les Gilets ne voient donc que peu de progrès depuis le début de leur mobilisation. Mais tous disent et répètent une de leurs fierté: cette "aventure humaine"connu depuis les premiers jours de mobilisation sur les ronds-points, les péages et maintenant lors de réunions régulières à Charlemagne: "Nous sommes devenus une famille, nous avons travaillé avec des personnes de classes sociales très différentes"insiste Jean-Louis, retraité. Une cohésion que le repas programmé au Cavayère le dimanche 17 novembre doit donc symboliser: "Nous avons gagné la fraternité, restons à gagner l'égalité et la justice", résume Henry Garino.

G comme grève générale
Il y a bien sûr l'anniversaire du 17 novembre. Mais les membres de Carcassonne manifestèrent avec colère en début de semaine une attente importante pour la date du 5 décembre et la grève générale: "Ce sera un bon thermomètre pour voir si les citoyens veulent bouger, pour donner un pourboire au gouvernement. Nous voulons nous faire croire que les choses vont mieux, quand ce n'est pas le cas"dit Daniel. "Ils sont en train de démêler tous les avantages acquis et la précarité, cela concerne tout le monde"Francis pointe. "Nous devons nettoyer tout cela pour les générations futures"Sophie espère. L'attente est là. Avec apparemment l’espoir modéré du & # 39; & # 39; grosse nuit & # 39 ;: # 39 ;: "Tant que le frigo est plein et qu'ils peuvent partir en vacances, les Français ne bougent pas."

M comme mobilisation citoyenne
Ils sont selon Henry Garino un "Une cinquantaine de personnes dans le groupe aujourd'hui" . Artisans inépuisables d'une mobilisation qui, au fil des semaines et des mois, a diminué. Au regret des gilets: "Nous nous sentons seuls, Daniel insiste. Ce qui est triste, c'est que personne ne se réveille. " Déclaration partagée par Christian, artisan à la retraite: "À notre grand désespoir, il y a un manque de mobilisation alors que les gilets jaunes ont été créés pour ramener les souffrances des citoyens."Une vision globale résumée par Cathy: "Nous n'intervenons pas pour nous, mais pour toute la population. Comment cela se passerait-il si nous n'avions pas déménagé?"

Bannière 728x90
Lire  Investissement loi pinel simulation : loi pinel location plafond 2018 - defiscalisation loi pinel ancien