Loi Pinel – Centre Presse : Dons: la gnrosit en berne – Simulation Pinel en ligne et gratuite

Les associations et fondations s'inquiètent de la baisse des dons en fin d'année, période cruciale de générosité. Il reste cinq jours pour faire un don.

E En termes de dons, l'année 2018 a été catastrophique, la pire en vingt ans avec une baisse inconnue de 4,2%, note Nolwenn Poupon, responsable des études France gnrosits (1). L'une des principales causes est la tendance fiscale: l'augmentation de la CSG pour les retraits, la transformation de l'impôt sur la fortune (impôt de solidarité sur la fortune) Si je (taxe sur les actifs immobiliers), et enfin l'arrivée de l'échantillon à la source. A noter que 42% des dons sont effectués au cours du dernier trimestre de l'année, dont 20% en décembre. Cependant, les indicateurs indiquent clairement un ralentissement pour la fin de l'année et les associations et associations caritatives sont inquiètes. L'appel à dons a deux soutiens: les médias et l'urgence humanitaire. Sauf que de nombreuses associations n'ont pas les moyens de faire connaître leurs actions.

Plateforme d'information

Les grandes organisations ou fondations ont une réputation qui leur permet d'être entendues quand elles en ont besoin. Pour être plus lisible et se faire connaître, ceux qui sont un peu moins médiatisés ont désormais leur plateforme d'information sur toutes les formes de don: infodon.fr. Le site a été créé pour soutenir les associations et fondations, par France gnrosits, afin d'expliquer facilement comment les citoyens peuvent faire un don et s'impliquer au quotidien.
Quoi, qui, comment, qui: la plateforme répond à toutes les questions. Il regroupe les associations par thème et offre une vitrine aux associations, prenant en compte de nouvelles façons de donner., poursuit Nolwenn Poupon, qui souligne que la loi de finances 2020 suscite de nouvelles inquiétudes.
La réforme du mécénat d'entreprise, avec la suppression d'une partie de l'exonération fiscale, fait peser un risque supplémentaire de 400 millions sur le financement de nos organisations d'intérêt général. Mais dans l'ensemble, nous sommes très inquiets. En effet, l'an prochain, la réduction pour le mécénat d'entreprise réduira l'exonération fiscale pour les dons de plus de deux millions d'euros de 60% à 40%.
C'est pour ces raisons que la mobilisation doit être forte. Sinon, les associations n'auront pas le choix: elles devront réduire les ressources, rafistoler, resserrer les budgets. Ils perdront également leur vision à long terme et devront travailler au coup par coup car il est difficile de lancer des projets sans visibilité financière., s'inquiète Nolwenn Poupon. Qui, en réponse à la justification du gouvernement pour les abus visant à réduire l'exonération fiscale des entreprises, répond que les associations sont en faveur de plus de contrôles. Les œuvres caritatives, humanitaires et sociales sont des missions d'intérêt général qui renforcent la solidarité caritative. Les associations ne peuvent se permettre de s'en passer.
Face à la situation, une adaptation est nécessaire. Avant, c'était toujours les mêmes personnes qui donnaient (une petite majorité de femmes et un âge moyen assez élevé). Nous devons éduquer les nouveaux donateurs, les convaincre de redonner à ceux qui en ont moins. L'héritage devient plus fréquent car il répond au besoin de donner un sens à sa vie à travers le patrimoine.
Petite note d'espoir: en 2018, les dons ont augmenté pour des actions de protection de l'environnement et de lutte contre le réchauffement climatique, une cause qui touche les plus jeunes. Une tendance fondamentale à confirmer.

(1) Syndicat professionnel des associations et fondations faisant appel à la générosité, créé en 1998, réunissant 97 organisations œuvrant pour des causes d'intérêt général et participant directement à l'utilité sociale.

Bannière 728x90
Lire  Defiscalisation immobiliere divorce : loi pinel hendaye