Avantage fiscal – Homeky et Adambi ont convaincu les députés – Matin Libre – Devis Pinel Gratuit sans Engagement

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Le débat sur l'exercice du budget national 2020 se poursuit au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Hier lundi 2 décembre 2019, les ministres Oswald Homeky Sports et Samou Seidou Adambi, ministre de l'Eau et des Mines, se sont retirés du jeu. Les députés avaient droit à la présentation des budgets de l'institution de ces ministres. Ces derniers ont rendu compte de la session à la presse parlementaire lors de leur départ.

Oswald Homeky, ministre des Sports

"Il s’agit d’un budget de 22 milliards, en hausse de 19% par rapport à l’exercice en cours. Cette augmentation concerne principalement les dépenses en capital; ce qui signifie que pour les dépenses de fonctionnement, nous avons, comme nous le faisons depuis deux ans, réduit les dépenses et Ce budget sera consacré à la poursuite de ce qui est déjà en cours, associations sportives, classes sportives, académies depuis le début de la construction d’académies en décembre, et enfin à toutes les autres actions déjà en cours. Ce qui est également important, c’est que l’année 2020 passe au-delà du renforcement de ce qui est déjà en cours pour intensifier le sport pour tous. Nous voulons faire de cette année 2020 une année au cours de laquelle tous les Béninois pratiquent le sport pour leur bien -être en dehors du sport de compétition: ce sera l'année des sociétés sportives, c'est-à-dire qu'à partir des saisons qui viendront dans toutes les disciplines, toutes les fédérations auront l'obligation de s'assurer Les clubs qui participent aux championnats sont des entreprises sportives appartenant ainsi à des personnes physiques ou morales. Vous savez que le gouvernement a pris la mesure de l'exonération fiscale pour les salaires et les investissements sportifs. Au-delà, nous avons pris des mesures pour que les grandes entreprises dont le chiffre d’affaires soit égal ou supérieur à un milliard de Fcfa apportent une contribution par mille de leur chiffre d’affaires hors TVA au financement du sport. La mise en œuvre de tout cela s'intensifiera au cours de l'année 2020. Enfin, 2020 sera une année de grandes compétitions pour toutes les fédérations mais aussi et surtout pour la fédération de football. Nous avons les éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde sur lesquelles nous avons vraiment l'intention de nous concentrer pour offrir le meilleur à notre pays.
Le bilan étant toujours satisfaisant, il convient de rappeler que la mesure s'adresse à une entreprise dont le chiffre d'affaires hors TVA est supérieur ou égal à un milliard, consacrer un pour mille de ses revenus au financement du sport. La plupart des entreprises de cette catégorie ont préféré payer cette contribution plutôt que d’être propriétaires ou copropriétaires de clubs eux-mêmes. Mais le gouvernement souhaite dire que nous sommes d’une part les entreprises qui décident de la payer, c’est ce que la plupart ont fait et, d’autre part, les entreprises qui investissent directement cet argent pour les assumer. -les mêmes propriétaires ou copropriétaires d'un club. Les sociétés d'État qui entretiennent des liens plus étroits avec nous ont déjà entamé la marche. La plupart d'entre eux ont créé leurs associations sportives et créent leurs équipes. Les entreprises privées ont pour la plupart fait leur choix de discipline et bénéficient de notre soutien pour avoir elles-mêmes ou en association avec d'autres entreprises ces associations sportives. Et c’est la raison pour laquelle j’ai dit que la mesure que nous prévoyons pour 2020 est que les entreprises sportives que nous décréterons dans notre pays finiront par rendre ce principe obligatoire afin que seules une ou plusieurs des personnes physiques ou morales s’associent pour devenir propriétaires des clubs. . L'avantage est que désormais, les techniciens et tous les joueurs seront considérés comme des travailleurs et auront un contrat formel sachant que l'État a déjà fait l'effort de défiscaliser les salaires et les investissements sportifs.
C’est ici que j’aimerais remercier sincèrement tous les députés de la Chambre pour le travail impressionnant qu’ils accomplissent, mais aussi pour leur soutien au gouvernement, en particulier au ministère dont je suis responsable. C’est la quatrième fois que je fais cet exercice et chaque fois, j’ai bénéficié de leur soutien, de leur compréhension et de leur soutien, et je tiens vraiment à les remercier tous. Ils ont félicité le travail que nous avons commencé à faire. Ils ont félicité les performances de manière globale et nous ont encouragés à continuer. Et comme je le disais, ces félicitations et ces encouragements sont pour nous une source de motivation. Notre pays est magnifique. Nous avons le devoir de travailler dessus et nous continuerons à le faire pour que tous les Béninois soient heureux. "

Samou Seidou Adambi, ministre de l'Eau et des Mines

"… Le budget du ministère de l'Eau et des Mines pour 2020 est de 49 milliards de francs CFA contre 60 milliards de francs CFA pour l'année 2019. Il y a donc une baisse, mais dites-vous que cette baisse est seulement liée En réalité, de grands projets, la plupart en milieu urbain, ont été lancés comme ceux en milieu rural, il s’agit maintenant de planifier le paiement, cela n’affecte pas la batterie de projets qui seront lancés de janvier à décembre 2020. et jusqu'en 2021 pour la dernière année par rapport à la mise en œuvre du programme sur l'eau au niveau du secteur rural et du secteur urbain.
La principale préoccupation des membres se situe au niveau des communes et de la qualité de l'eau. Par rapport aux communes, nous avons répondu que toutes les communes du Bénin, et en particulier les 8 qui ne connaissent pas encore l’installation du SONEB, seront soutenues avant la fin de l’année 2021, ce qui correspond à l’horizon fixé dans le programme d’action du gouvernement. (ÉCART). Quant à la qualité de l’eau que nous avons à Cotonou, elle est due aux travaux en cours dans la ville. Nous pensons qu'une fois les travaux terminés, nous effectuerons un nettoyage complet de l'ensemble du système afin d'offrir une eau de meilleure qualité à nos compatriotes (…)
Pour le secteur minier, qu'il s'agisse de mines solides ou de mines liquides (pétrole, gaz), nous effectuons un travail méthodique. Les réformes n'ont pas épargné ce secteur. Il y a quelques jours à peine, les membres ont approuvé le code pétrolier. Le décret d'application est en préparation. D'ici janvier ou février, nous redémarrerons le secteur pétrolier. Ce sera la même chose pour le secteur minier. La finalisation du Code minier sera confiée à un cabinet qui, dans trois mois, aura terminé ses travaux et nous reviendrons à l'Assemblée nationale pour obtenir son accord. Cela relancera la recherche dans ce secteur, que ce soit pour l'or, le cobalt ou le lithium. C'est pourquoi le ministère des Finances nous a mis à disposition environ 3,5 milliards de FCFA pour le secteur minier; ce que nous n’avons jamais reçu depuis plus de 15 ans au ministère chargé des mines. Le gouvernement veut vraiment relancer la recherche afin que nous puissions identifier ce que nous avons dans notre sous-sol. Nous avons une idée de ce que nous avons reçu de l'analyse que nous avons appelée analyse en 2014-2015. Les résultats sont disponibles, mais les détails manquent. Nous ferons toujours un aperçu partiel des domaines considérés comme très riches et analyserons les résultats de manière approfondie. Nous allons doter les libérateurs qui sont à Cotonou et en créer un dans la partie nord, soit à Natitingou, à Djougou ou à Parakou. Avant tout, nous devons réveiller le laboratoire que nous avons à Cotonou, que nous avons avec l’Office béninois de la recherche géologique et minière (OBRGM), qui est le fer de lance du secteur minier au Burkina Faso. Tous les échantillons burkinabés sont arrivés au Bénin. Malheureusement, ce laboratoire est complètement à terre. Aujourd'hui, lorsque nous prélevons un échantillon au Bénin, nous sommes obligés de nous rendre au Burkina Faso et l'intensité de la recherche dans ce pays ne nous permet pas de prendre en charge nos dossiers … "

Interview réalisée par Kola PAQUI

Bannière 728x90
Lire  Défiscalisation - Commercial / Négociateur Défiscalisation / Conseiller en investissement locatif - Simulation Pinel en ligne et gratuite