Défiscalisation – Macron : pyromane pompier ? – Devis Pinel Gratuit sans Engagement

La politique de Macron est d’allumer les incendies qu’il cherche ensuite à éteindre à grands frais. Les citoyens doivent être libres de gérer leurs affaires, leurs assurances sociales, leurs emplois, leurs enfants …

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article d'Iref-Europe

Après les annonces électorales de grands projets, sont venues les désillusions.

Depuis l'automne 2018, le gouvernement s'emploie à corriger les brèches qui s'ouvrent sur tous les fronts. Il s'y consacre d'autant plus que les groupes de pression ont tous compris que la réclamation était un moyen efficace d'obtenir satisfaction.

L'ère de la réclamation

– Après l’augmentation de 1,7% de la CSG, les petits retraités se font entendre et bénéficient presque immédiatement d’une mesure d’exemption des retraites inférieures à 2 000 euros pour un coût de 1,6 milliard d’euros.

– Les gilets jaunes secouent la France et il est décidé de réduire encore l'impôt sur le revenu de 5 milliards, d'augmenter de divers artifices la rémunération de 100 euros par mois au niveau du SMIC, de supprimer les augmentations de taxes sur le carbone et de mettre en œuvre sans délai la exonération fiscale pour les heures supplémentaires.

– La police grogne et une prime mensuelle de 40 euros a été accordée depuis janvier dernier.

– Les élus locaux protestent contre la non-réévaluation des bases de calcul de leur compensation pour la taxe d'habitation et le parlement rétablit sans délai l'indexation requise.

– Les avocats descendent dans la rue pour garder le contrôle de leurs retraites et le projet de loi proposé est immédiatement retiré.

– Le personnel de l'hôpital est en grève et un plan jugé impossible peu de temps avant est proposé pour sauver l'hôpital …

Ces différentes manifestations n'étaient pas toutes injustifiées, loin de là.

Mais les réponses ne sont pas appropriées et le mécontentement grandit, peut-être à partir du 5 décembre.

Macron pyromane

M. Macron est définitivement très éloigné du terrain malgré ses prises de position régulières dans les grands débats organisés sans vergogne.

La politique de Macron est d’allumer les incendies qu’il cherche ensuite à éteindre à grands frais.

Le dernier groupe de ce malentendu est la réforme des retraites, qui rassemble toute la colère qui s’exerce à son encontre car, face à un véritable problème de justice, elle apporte des solutions aux meilleurs boiteux et défaillants, au pire, plus injustes.

Plutôt que de capitaliser sur le système pour le rendre durable, cette réforme universaliserait les systèmes de répartition, qui, nous le savons, s’acheminent vers un déséquilibre inévitable, en pillant les réserves de régimes complémentaires et indépendants pour répondre immédiatement aux besoins sans répondre aux besoins. les exigences du long terme.

Plus grave, cela ne résout pas la difficulté de financer des régimes publics auxquels l'État verse une contribution considérable chaque année, soit près de 50 milliards d'euros pour les fonctionnaires. régime de pension et 6,2 milliards pour les régimes spéciaux.

Dans son dernier rapport du 21 novembre 2019, le CdR indique qu'en 2019, le taux de cotisation des employeurs des employés de l'État sur leurs pensions de retraite était de 74,28% pour les civils et de 126,07% pour les fonctionnaires. militaire; il est de 30,65% à la CNRACL (autorités locales) contre 16,46% à la CNAV et AGIRC-ARRCO pour un employé du secteur privé sous le plafond de la sécurité sociale.

Les employés du secteur privé cotisent donc pour leurs retraites à un taux global d’environ 28%, déjà très élevé par rapport aux cotisations versées dans d’autres pays, mais ils paient en outre par leurs impôts et autres taxes, une très grande partie de la serviteurs & # 39; retraite.

Pompier Macron?

Cependant, le projet de réforme Delevoye ne change pas cet état d'injustice chronique.

Pire, tout en affirmant que désormais tous les retraités seront traités de la même manière, il envisage que le nouveau système appelé "universel" bénéficie à l'avenir d'une concurrence étatique égale à celle d'aujourd'hui, ce qui signifie qu'il envisage de maintenir les fonctionnaires pensions privilégiées financées par cette contribution exceptionnellement élevée.

Néanmoins, le CdR prévoit que malgré ce financement excessif de la part de l'État, le système de retraite enregistrerait un déficit de 2 à 8% selon différents scénarios, mais optimistes, qui ne seraient pas viables.

D'autant plus qu'il continuera probablement à financer des régimes spéciaux qui ne vont pas disparaître.

La réforme apparaît aussi injuste qu'irréaliste et a probablement peu de chance de réussir.

L'erreur majeure de M. Macron et de son gouvernement était que la centralisation de politiques résoudrait des problèmes comme une potion magique. Le contraire est vrai.

Il est nécessaire de rendre aux citoyens la liberté de gérer leur entreprise, leur assurance sociale, leur emploi, l'école de leurs enfants …

Les retraites françaises coûtent cher aux assurés pour leur donner une pension inférieure à celle de nombreux autres pays ayant déjà opté pour la capitalisation.

En France, l’école privée et l’université sont moins chères que les mêmes institutions publiques …

Il existe donc d'importantes marges de gain de pouvoir d'achat pour les ménages qui opteraient, s'ils le pouvaient, pour des dépenses autres que celles imposées par l'État et obtiendraient en outre un meilleur service.

Plutôt que de recentraliser la France, elle doit être libérée de sa camisole de force jacobine et permettre à tous ceux qui le souhaitent de reprendre le contrôle de leur vie en même temps que plus de facilité.

Sur le Web

Bannière 728x90

Lire  Loi pinel juillet 2018, loi pinel orleans