Loi Pinel – Budget : « Le gouvernement devrait écouter un peu plus le Sénat » – Devis Pinel Gratuit sans Engagement

C'est le budget à moyen terme. C'est aussi celui qui suit les gilets jaunes. Les sénateurs ont commencé jeudi 21 novembre l'examen du projet de loi de finances (PLF) 2020. Adopté mardi en première lecture par les députés, l'examen est prévu pour près de trois semaines, avant le vote solennel.

Ce budget comprend certaines des annonces du débat suivant le débat majeur, ainsi que d'autres déjà adoptées en décembre 2018 pour les mesures d'urgence. La mesure phare proposée par le gouvernement est la réduction de 5 milliards d'euros de l'impôt sur le revenu, qui bénéficie à 17 millions de Français. On retrouve également la "revalorisation du bonus d'activité, soit 100 euros de plus par mois", ou "l'exonération fiscale des heures supplémentaires", rappelle le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Ce PLF poursuit également la suppression de la taxe sur le logement. C'est pourquoi l'exécutif présente ce budget comme celui du pouvoir d'achat.

Un budget qui s'adresse également à l'entreprise. "L'ensemble des réductions de charges sera maintenu et renforcé depuis octobre: ​​il n'y a plus de cotisations patronales au Smic" se réjouit Bruno Le Maire, ajoutant que "la baisse de l'impôt sur les sociétés se poursuit. Le plafond de 25% de la Le taux d'imposition sera atteint en 2022, comme l'avait promis le président. Il ajoute: "La poursuite de la politique d'approvisionnement a commencé à porter ses fruits, avec la création d'un demi-million d'emplois".

Bruno Le Maire: "2,2% du déficit public, c'est le chiffre le plus bas depuis 20 ans. Les chiffres sont têtus

Reste la question du déficit (2,2%) et de la dette (quasi stable à 98,7% du PIB), alors que la Commission européenne met en garde la France. "Certaines personnes diront, à juste titre, que nous ferons (réduction du déficit) à un rythme plus lent que prévu. C’est vrai", reconnaît le ministre, mais juge "raisonnable d’adapter" les efforts à "la situation internationale" "et" nous ne pouvons pas prétendre qu'il n'y a pas eu de crise sociale majeure dans notre pays. "Pourtant," 2,2% du déficit public est le chiffre le plus bas depuis 20 ans. Les chiffres sont têtus ", note Bruno Le Maire. Emmanuel Macron, lui a affirmé il y a peu de chose que la règle des 3% était d'un autre siècle …

Pour le rapporteur du budget au Sénat, Alberic Montgolfier, au contraire, "le recouvrement des comptes publics est purement et simplement abandonné. La France vit à crédit et voit sa marge de manœuvre réduite". C'est un budget de renonciation. "renforce Vincent Eblé, président PS de la commission des finances", et ne laisse aucune marge de manœuvre en cas de retournement "économique.

"Vous ne nous avez pas écouté"

Au-delà des chiffres, Albéric de Montgolfier n'a pas hésité à rappeler aux ministres présents – le maire et Darmanin – qu'ils auraient peut-être mieux fait d'écouter le Sénat. Il y a deux ans, lors des débats sur le budget 2018, le sénateur LR "Jean-François Husson a mis en garde contre le risque de prévoir une augmentation de la taxation de l'énergie sans aucune compensation pour les Français. A l'époque, il avait parlé des casquettes rouges. le seul défaut était de se tromper de couleur ", rappelle le sénateur d'Eure-et-Loir (voir notre article à ce sujet).

"L'année dernière, le Sénat a supprimé cette augmentation. Vous ne nous avez pas écoutés. Et finalement, vous avez été amené à accepter l'amendement du Sénat", se souvient le rapporteur sur le budget. Albéric de Montgolfier continue:

"Je souhaite: que vous écoutiez un peu plus le Sénat. Nous ne serions pas ici si nos messages sur les retraités du CSG et le carburant avaient été écoutés.

"Greenwashing" et un "green-budgeting"

Cette même année, le même Jean-François Husson a dénoncé un "greenwashing" et un "green-budgeting", soulignant une politique de "Tartuffe sur le bonus-malus", une écocontribution sur les billets d'avion ou la suppression de la traçabilité des revenus pour le développement écologique. transition.

Du côté communautaire, les sénateurs dénoncent une réforme de la taxe sur le logement «bâclée». Le Sénat reportera d'un an la mise en œuvre du système de compensation financière des communautés afin de mieux en évaluer les effets.

La majorité sénatoriale, composée de LR et de centristes, n’est pas toujours au même niveau pour le budget. "C'est l'humain qui doit guider nos actions et non le taux du PIB", explique Bernard Delcros, sénateur du Cantal et proche du Modem. Il dénonce "le déclin drastique des fonctionnaires". Et ajoute:

"Nous ne réussirons pas à assainir les finances publiques si elles ne s'accompagnent pas d'une politique efficace de réduction des inégalités"

Claude Malhuret, président du groupe Les Indépendant – République et Territoires, rappelle à sa manière le contexte sensible dans lequel ce budget est examiné. "Alors que la veille du 5 décembre, il est plus difficile de trouver en France un esprit tranquille qu'un trèfle à quatre feuilles, le gouvernement doit faire face à une urgence encore plus grande que la réduction de la dette publique, (… Désormais, et de toute urgence, réduisons notre dette climatique ", insiste le sénateur Allier, proche du gouvernement." Vous avez pris le sujet à bras-le-corps ", ajoute Claude Malhuret.

La Sénatrice Communiste Cite La Rappeuse Kery James

A gauche, le PS proposera de restaurer l'ISF, mais en relevant le seuil d'entrée à 1,8 million d'euros, contre 1,3 million auparavant, tout en cherchant à ce que les plus riches n'échappent pas. Vincent Eblé dénonce également un budget dans lequel des efforts sont consentis en matière de politique sociale: "Contrats assistés", "Aide au logement". "Seules des manifestations à grande échelle amènent le gouvernement à répondre aux demandes sociales au cas par cas, comme nous l'avons vu dans le soi-disant plan hospitalier", ajoute le socialiste.

Pour les communistes, le sénateur PCF du Val-de-Marne, Pascal Savoldelli, a cité … la rappeuse Kery James, pour dénoncer la politique d'Emmanuel Macron en banlieue: "Incapables de voir loin, nous ne voulons pas du bien, même détruire l'intérêt commun ". Il dénonce la baisse du budget de l'enseignement supérieur – contestée par Gerald Darmanin – et appelle à la réduction de la TVA sur les produits de première nécessité et l'énergie. Eric Bocquet, autre sénateur communiste et spécialiste de l'évasion fiscale, rappelle que "des dizaines de milliards d'euros échappent à la communauté" à cause des pratiques d'évasion fiscale, "il y a d'abondantes ressources à récupérer". Que peut réduire le déficit.

Bannière 728x90

Lire  Defiscalisation immobiliere scpi ou defiscalisation pinel zone : pinel et fiscalite